Perte involontaire d'activité

Perte involontaire d'activité

Nos engagements

  • Vous donner du temps pour passer un cap difficile
  • Vous procurer un revenu pour préserver votre niveau de vie et celui de votre famille
  • Vous accorder une disponibilité d'esprit pour mieux rebondir

Aujourd'hui tout le monde s'accorde sur la primauté du chef d'entreprise

à créer de la valeur, de la croissance et des emplois.

 

Tout le monde reconnaît la prise de risque du patron de PME, la détermination à réussir du dirigeant mandataire social, salue les journées à rallonge de l'artisan ou du commerçant, le goût de la liberté du repreneur d'affaires, l'optimisme forcené du créateur de start-up.

 

Mais si le marché se retourne, si les difficultés apparaissent, si la cessation d'activité se profile, là aussi le dirigeant reste un professionnel à part.

Privé d'indemnités chômage, il peut se retrouver démuni et sans aides financières pour passer cette phase de transition professionnelle dans les meilleures conditions possibles.

 

« Les coups durs, les épreuves font partie de la vie d'un entrepreneur.

Pourtant je mesure la difficulté pour un chef d'entreprise centré sur la réussite

de son projet de s'arrêter un instant pour penser à cette évidence.

Mon rôle consiste à leur rappeler 

que l'avenir a le don d'arriver sans prévenir »

 

 

 

 

 

L'Association GSC (Garantie Sociale des Chefs d'entreprise), née de la volonté commune des organisations patronales et des branches professionnelles, promeut l'assurance du même nom.

 

L'assurance GSC, c'est à la fois du temps pour passer le cap, un revenu pour préserver le niveau de vie de sa famille et de la disponibilité d'esprit pour mieux rebondir.

 

 

Tous concernés : TNS, Mandataires sociaux, Créateurs d'entreprise, Repreneurs d'un fonds de commerce ou d'une société !

Paroles d'assurés :

" Je n'ai pas envie de tout sacrifier pour ma boîte. Les affaires sont difficiles et j'ai des responsabilités de jeune père de famille. Etre prévoyant, c'est garder un coup d'avance sur l'avenir."

                                                                                   Nicolas, assuré GSC, patron d'une SSII à La Seyne-sur-Mer

 

"Mon père a tout donné à son entreprise et puis un jour, il a dû déposer le bilan. Il n'avait rien prévu. Ce manque d'anticipation m'a servi de leçon."

                                                                         Marie, assurée GSC, gérante d'une boutique de prêt-à-porter à Sanary

 

"C'est bien simple, je ne laisse jamais un de mes clients sortir de mon bureau sans avoir évoqué le moyen de protéger ses revenus en cas de scénario négatif. Cela fait partie de mon devoir de conseil."

                                                                                                                    Frédéric, expert-comptable à La Valette-du-Var

 

Voir les articles liés :